Sélectionner une page

[Communiqué de presse du Comité Départemental des Pêches et des Élevages Marins du Finistère]

Comme décidé lors de notre dernier bureau, et comme il s’est déjà fait par le passé, le Comité Départemental des Pêches et des Élevages Marins du Finistère (CDPMEM 29) accueille à leur demande l’ensemble des partis politiques qui nous sollicitent en vue des élections européennes.

Nous les accueillons dans les locaux du comité hors caméras et hors média. Nous n’organisons en aucun cas de visites de bateaux, halles à marées, ou autres rencontres avec les professionnels pour aucun candidat.

Ce vendredi 5 avril 2019, Yannick Calvez et Guy Le Moigne accompagnés de Solenne Robard-Le Guennec et Erwan Quemeneur ont reçu une délégation du Rassemblement National composée de Marine Le Pen, Jordan Bardela, Gilles Pennelle, Patrick Le Fur, Dominique Bilde et Jean-Pierre Doeuff.

Europe :

Après une rapide présentation de la pêche finistérienne, du comité et de ses actions, le Président du comité a rappelé qu’il était important maintenir la France dans l’Europe. Nous avons besoin d’une gestion partagée et harmonisée à l’échelle européenne pour de nombreux stocks. Nous avons besoin d’une harmonie des normes de commercialisation et de traçabilité. Il est également important de conserver des règles communes d’accès aux zones de pêche des pays voisins.

Nous n’avons pas de remise en cause du système. Simplement que les règles qui le régissent soient plus proches de nos réalités de terrain et que la régionalisation qui normalement est prévue par la PCP puisse permettre des règles adaptées dans chaque région maritime.

Brexit :

Yannick Calvez et Guy Le Moigne ont également rappelé que le Brexit et le no deal qui se rapproche sera un vrai cataclysme. 171 millions d’euros sont pêchées dans les eaux anglaises à l’échelle nationale. En bretagne, 120 navires sont concernés. Le taux moyen de dépendance aux eaux britanniques est d’environ 40 à 45 % avec 80% pour certains navires. L’impact d’un no deal sera une onde de choic pour les navires, les équipages, les criées, les ports, les mareyeurs, les entreprises connexes (motoristes, peintres…).

Dans le cadre de la dernière conférence Manche centrale les 28 et 29 mars derniers une motion a été votée avec les pêcheurs britanniques, hollandais, belges et français :

« Dans l’hypothèse du maintien de la réciprocité des accès des pêcheurs aux eaux britanniques et européennes, toutes les organisations membres de la Conférence Manche Centrale s’engagent à pérenniser cette réunion annuelle et à l’élargir à l’ensemble des pêcheurs de la Manche »

Obligation de débarquement :

Le comité des pêches a rappelé les difficultés de mise en œuvre de cette réglementation et fait référence au livre noir déjà diffusé.

Environnement :

Les pêcheurs travaillent activement à réduire leurs impacts sur le milieu. Ils mettent des mesures en place dès que les données scientifiques sont disponibles, actualisées et robustes.

La dégradation du milieu causé par les pollutions et déversements multiples sont souvent d’origines terrestres. Le changement climatique n’est pas causé par les pêcheurs mais ils le subissent.

Sans les professionnels de la mer il n’y aurait pas de données sur l’état du milieu marin (stocks de poissons et qualité de l’eau). Aucun organisme scientifique ne peut déployer une force de frappe suffisante pour balayer l’espace maritime comme le font les professionnels. Aucun suivi du milieu n’existerait s’il n’était pas exploité.